Réunion publique annuelle

Réunion publique annuelle

le 8 novembre 2018

Bonjour.

[ORDRE DU JOUR]

Je m’appelle Janice Fukakusa et je suis la présidente du conseil d’administration de la Banque de l’infrastructure du Canada.

Je suis heureuse d’animer la première assemblée publique annuelle de la Banque, diffusée en direct sur le Web.

Vous pouvez écouter cette webdiffusion dans la langue officielle de votre choix.

Je suis accompagnée de Pierre Lavallée, président-directeur général de la Banque.

Pierre et moi allons faire chacun une courte allocution d’ouverture. Je vais vous donner un aperçu des activités de démarrage de la Banque.

Pierre présentera les principaux renseignements financiers de l’exercice qui s’est terminé le 31 mars 2018, puis il fera le point sur la stratégie de la Banque.

Nous allons ensuite répondre à vos questions.

Si vous écoutez la diffusion Web en temps réel, vous pouvez poser des questions à l’écran, en français ou en anglais.

Nous prévoyons conclure la séance de questions à 12 h 30, heure de l’Est.

[MANDAT]

La Banque de l’infrastructure du Canada a été fondée en juin 2017.

Pour résumer notre mandat, nous travaillons indépendamment du gouvernement fédéral pourattirer des investisseurs privés et institutionnels afin d’investir avec eux dans de nouveaux projets d’infrastructure qui permettront de générer des revenus et qui seront dans l’intérêt du public.

La Banque a fait des progrès considérables dans l’établissement d’une gouvernance, d’un leadership et de capacités d’exploitation solides pendant son premier exercice, qui s’est terminé le 31 mars 2018.

Je vais aborder quelques-unes des étapes importantes que nous avons franchies.

[PROGRÈS IMPORTANTS]

En tant que présidente du conseil d’administration, une grande partie de mon travail a été de diriger les activités de démarrage de la Banque, et ma première tâche a été de mettre sur pied notre conseil.

Au terme d’un rigoureux processus de sélection, nous avons présenté les 11 membres de notre conseil d’administration inaugural en novembre dernier.

Nous sommes six femmes et cinq hommes, de partout au Canada, qui ont une expertise en affaires, en investissement, en exploitation, en finances, en droit et en gestion des risques.

Le conseil d’administration supervise la gestion de la Banque et approuve ses investissements.

Le 31 décembre 2017, le site Web bilingue de la Banque était en ligne et nous étions installés dans des bureaux temporaires.

En janvier 2018, le conseil d’administration a approuvé des politiques de gouvernance et a adopté des règlements administratifs assurant un contrôle adéquat des activités de la Banque.

Nous avons élaboré notre structure organisationnelle et commencé à recruter des dirigeants et d’autres experts.

[DIRECTION]

Bruno Guilmette, l’un des membres de notre conseil d’administration, a gentiment accepté d’occuper le poste de chef des investissements par intérim pour l’hiver et le printemps.

Bruno a joué un rôle important dans le renforcement des capacités d’investissement et de conseil de la Banque et l’appel lancé aux partenaires d’investissement potentiels.

Parallèlement, notre conseil d’administration a recherché un président-directeur général hautement qualifié et mis au point un plan d’entreprise quinquennal.

En juin, c’est-à-dire après le premier exercice financier de la Banque, Pierre Lavallée s’est joint à la Banque à titre de tout premier PDG.

Nous avons également accueilli Annie Ropar, notre directrice principale et chef des directions financière et administrative.

Ils se sont tous les deux immédiatement mis au travail pour bâtir leurs équipes, ce qu’ils continuent de faire.

Sur ce, je vais laisser Pierre nous parler des faits saillants de nos activités.


Pierre Lavallée : Merci, Janice.

Bienvenue à notre première assemblée publique annuelle. Aujourd’hui, nous avons l’occasion d’examiner avec vous les progrès accomplis pour accroître les moyens et les capacités de la Banque de l’infrastructure du Canada.

Je suis le président-directeur général de la Banque depuis juin et je me réjouis du rôle que nous allons jouer dans la création d’un nombre accru d’infrastructures pour les Canadiens.

[PRINCIPAUX RENSEIGNEMENTS FINANCIERS]

Je vais vous faire un compte rendu de quelques renseignements financiers clés, puis je parlerai de notre stratégie et de notre orientation.

Le premier exercice financier de la Banque a débuté à la fin de juin 2017 et il s’est terminé fin mars 2018.

Pendant ces neuf mois, nos revenus n’ont pas été substantiels.

Nos dépenses pour cette période se sont élevées à 2,25 millions de dollars. Ce sont des frais de démarrage qui comprennent les honoraires professionnels… la rémunération des membres du conseil d’administration et d’un petit nombre d’employés…. nos locaux et leur équipement…. les communications et les déplacements… les technologies… et l’administration.

Y inclus l’apport de fonds publics durant la période, nous avons dégagé un gain net marginal.

À la fin de l’exercice, la Banque avait une encaisse de 9,7 millions de dollars, que nous utilisons depuis pour financer nos activités courantes.

Je vais maintenant vous parler de la stratégie de la Banque et de son statut actuel.
Nos objectifs stratégiques consistent à renforcer la capacité et les moyens organisationnels, à promouvoir de nouveaux modèles de financement et de planification de l’infrastructure, et à faire des investissements pour construire de nouvelles infrastructures pour les Canadiens.

[OBJECTIFS STRATÉGIQUES]

En ce qui concerne le premier point, développer nos moyens et nos capacités, nous continuons de nous adjoindre des cadres supérieurs et de mettre au point les politiques et les systèmes dont nous avons besoin pour réussir.

Nous avons récemment embauché Nick Hann, un expert en infrastructure, comme chef des investissements. Il dirige l’équipe responsable des investissements, que nous allons continuer à structurer dans les mois et les années à venir.

Annie Ropar, qui est à la fois directrice principale et chef des directions financière et administrative, est en train de constituer nos équipes des finances, des ressources humaines, de la gestion des risques et des services juridiques. Elle vient d’embaucher Frédéric Duguay comme avocat général et secrétaire de la Société.

En ce qui concerne notre deuxième objectif stratégique, qui consiste à promouvoir de nouveaux modèles de financement, nous venons d’embaucher le premier de deux dirigeants clés cette semaine, M. François Lecavalier. François dirigera l’équipe de l’élaboration des projets, qui travaillera avec les promoteurs publics. Le second dirigeant sera responsable de l’équipe des communications et des affaires publiques, qui informera les parties prenantes de nos activités.

Afin de promouvoir la planification et la collaboration à long terme, la Banque créera et publiera un répertoire des projets canadiens d’infrastructure à partir de 2019.

Enfin, la troisième partie de notre stratégie consiste à faire des co-investissements. Nous ciblons trois secteurs prioritaires : le transport en commun, le commerce et le transport, ainsi que les infrastructures vertes.

[PREMIER INVESTISSEMENT RÉALISÉ]

Notre premier investissement cadre dans l’un de ces secteurs, puisqu’il s’agit d’un prêt garanti de premier rang sur 15 ans pour le projet de transport en commun du Réseau express métropolitain (Le REM) à Montréal.

Le REM est un bon exemple de ce que nous cherchons à accomplir : créer une solution sur mesure pour chaque projet cadrant avec notre mandat.

Au terme de longues discussions et de contrôles préalables approfondis qui se sont échelonnés sur cinq mois, notre équipe, le gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec ont convenu que la contribution la plus appropriée de notre part serait un prêt de 15 ans.

[STATUT ACTUEL]

On nous demande souvent quels projets nous étudions, à quel moment la Banque conclura sa prochaine entente, et ainsi de suite.

Bien qu’il ne soit pas approprié de commenter précisément nos transactions potentielles, je peux vous dire que nous discutons activement avec des promoteurs de projets et des investisseurs. Nous sommes à mettre sur pied des équipes possédant l’expérience et les qualifications requises pour prendre des décisions avisées en rapport avec de gros investissements et pour conseiller les promoteurs en matière de projets complexes.

Les investisseurs privés et institutionnels, tant au Canada que dans le reste du monde, ont
manifestement très soif de projets d’infrastructure. Notre objectif est de les intéresser à des projets d’installations nouvelles au Canada.

Nos co-investissements seront structurés de manière à garantir l’optimisation des fonds publics et à partager les risques et les rendements avec des partenaires qui partagent notre vision. Nous travaillons dans le domaine des solutions de financement personnalisées.

En conclusion, je m’inspire des grands régimes de pensions du Canada. Avec le temps, ils ont créé un modèle exceptionnel de fonds de retraite reconnu et imité à l’échelle mondiale.
La Banque de l’infrastructure du Canada a une magnifique occasion d’en faire autant dans le domaine des infrastructures. Nous allons continuer d’accroître nos investissements, notre engagement et nos conseils au cours de la prochaine année.

Nous allons maintenant répondre à vos questions. Notre modérateur va lancer le processus.


QUESTIONS ET RÉPONSES


Janice Fukakusa : Merci d’avoir été des nôtres pour notre première assemblée publique annuelle.

J’aimerais également remercier mes collègues du conseil d’administration, la direction et le personnel de la Banque, les entrepreneurs, les consultants et Infrastructure Canada pour leur dévouement et leur appui.

L’organisation de la Banque a réellement été un effort collectif. Pierre et moi sommes impatients de vous faire part de nos progrès lors de notre prochaine assemblée annuelle.

Merci.